SanSim en vacances

Corée du Sud : Conclusion

Nous avons arpenté la Corée du Sud pendant 28 jours. Notre itinéraire se résume ainsi :

  • Séoul à Busan en passant pas Sokcho
  • Busan à Jeonju en passant par Tongyeong, Jinju et Gurye
  • Jeju (aller de Gwangju et retour vers Busan)

Langue

Le coréen est la principale langue. Même si on n’a pas de langue commune nous permettant de communiquer, les habitants tentent par toutes sortes de moyens de nous faire sentir que nous sommes les bienvenus entre autres en nous offrant de la nourriture, en nous saluant, en nous serrant la main comme ça, spontanément au restaurant. L’application Google Traduction nous est d’un grand secours pour poser des questions simples car bien souvent, un commerçant ne comprend même pas la question « How much? » ou encore un préposé à la gare ne peut répondre à « At what time? ».

  • Bonjour = An-nyeong ha-se-o!
  • Merci (plus respectueux) = Kam-sa-ham-ni-da
  • Merci (respectueux) = Go-mab-seub-ni-da
  • Merci (plus familier) = Go-ma-wo-yo
  • Au revoir ! (à celui qui part : « partez en paix ») = An-nyeong-hi ka-sé-o!
  • Au revoir ! (à celui qui reste : « restez en paix ») = An-nyeong-hi ké-sé-o!
  • Oui = Né
  • Non = Ani-o
  • Chin Chin, Santé, Cheers = Gone-bé

C’est au 15e siècle que l’écriture actuelle coréenne a été créée. Le hangul avait pour but de simplifier l’écriture chinoise et faciliter l’alphabétisation du peuple. Pas facile de s’y retrouver pour nous!

Gare routière – Tout est en coréen

Qu’est-ce qu’on y mange?
La cuisine coréenne est originale et diversifiée. À chaque ville où nous nous arrêtons, il nous faudrait plusieurs jours pour goûter à tous ses mets plus alléchants les uns que les autres. La plupart du temps, on s’asseoit au sol devant des tables basses sur lesquelles on retrouve dans une boîte baguettes et longues cuillères de métal. S’y trouve également des verres en métal et une bouteille d’eau. Sitôt assis (parfois, avant même qu’on soit assis!), on nous sert une variété de banchans qui sont des petits plats d’accompagnement dont le plus courant est le kimchi fabriqué avec du chou chinois et ou encore le daikon. On compte minimalement deux ou trois banchans sur la table mais on nous en a déjà servis plus d’une douzaine et encore plus en commandant un jeongsik (set menu). C’est toujours une surprise de savoir en quoi consistent les banchans. J’adore!

Les Coréens utilisent aussi beaucoup les ciseaux entre autres pour couper des pièces de viandes cuisant sur le barbecue au centre de la table en petites bouchées ou tout simplement pour faciliter le partage des longues nouilles. Et on ne nous demande pratiquement jamais ce qu’on désire boire donc si on veut un petit soju, c’est à nous de le demander.

Au marché de poisson de Jagalchi à Busan, une pratique fort intéressante est qu’à la fin du repas où nous avons mangé des sachimi (poisson cru), on nous a servi un bouillon préparé avec les restes du poisson que nous avons consommé.

Base

  • Kimchi : C’est le trésor national de la Corée! Composé de piments et de légumes lacto-fermentés, c’est-à-dire trempés dans de la saumure pendant plusieurs semaines jusqu’au développement d’une acidité.
  • Gochujang : Condiment fermenté coréen piquant à base de piment rouges, de pâte de soja fermentée, de farine de riz gluant et de germe de blé.
  • Doenjang : Pâte de soja fermentée.
  • Ssamjang : Sauce fait à partir de  doenjang, gochujang, huile de sésame, oignons, ail et optionnellement de la cassonade. On l’utilise pour agrémenter des morceaux de viandes grillés qu’on enveloppe d’une feuille de laitue.
  • Banchan : Accompagnements variés pour tous les plats à base de riz. Les plus courants sont : kimchi, namul, bokkeum, jorim et jjim.

Fruits

  • Dekopon ou Hallabong : Fruit similaire à l’orange, très sucré, sans pépin.
  • Kumquat : Petit fruit orange dont on mange aussi la pelure.
  • Jujube : Petit fruit rouge foncé à noyau rappelant le goût de la pomme. On en fait du thé.

Les plats

  • Bibimbap : Le nom « bibimbap » vient de la forme verbale phonétique « bibimbmada » signifiant en coréen « mélanger » et de « bap », le riz. C’est donc un mélange de riz, de viande de bœuf, de légumes sautés ou blanchis ensuite assaisonnés et d’un œuf sur le plat, le tout relevé par de la pâte de piment coréenne fermentée (Gochujang). Il est parfois servi dans un bol en pierre (dolsot) chaud, et est alors nommé dolsot Bibimbap. Le Yughoe bibimbap est surmonté d’un tartare de bœuf.
  • Bulgogi : Littéralement « viande au feu » – également connu sous le surnom de « barbecue coréen », préparé en utilisant soit du boeuf ou du porc mariné dans de la sauce de soja, du miel (ou sucre), des oignons verts, de l’ail, du sel de graines de sésame et du poivre noir puis grillé.
  • Gimbap : Rouleaux de riz cuit fourrés de différents ingrédients et entourés d’algue séchée avant d’être découpés en rondelles. Ressemble aux makis japonais mais n’allez surtout pas le dire aux Coréens! C’est l’équivalent de notre sandwich pour les Coréens.
  • Mung bean pancake : Crêpe à base de fèves moulues.
  • Dakgalbi : Fierté de Chuncheon, c’est un plat qui se cuisine à notre table dans un grand plat de fonte où on y fait cuire légumes et poulet mariné.
  • Jjimdak : Spécialité de Andong, énorme assiette de poulet cuit préalablement à la vapeur, légumes et nouilles.
  • Japchae : Plat à base de dangmyeon (nouilles de fécule de patates douces coréennes) mélangé à des poivrons, carottes, graines de sésames, oignon, bœuf et assaisonné de coriandre, d’huile de sésame et d’une sauce pimentéet.
  • Jajangmyeon : Nouilles agrémentées d’une pâte de sauce soja noire fermentée, d’oignons, de courgettes et de pommes de terre (optionnel : daikon, chou).
  • Japgokbap : Riz noir.
  • Jeon : Galette frite, parfois même appelée la pizza coréenne. La garniture du jeon est très diversifiée, allant des fruits de mer (pajeon) à la galette végétarienne, en passant par le kimchijeon, galette à base de kimchi. Elle est servie avec un mélange de sauce soja et vinaigrette.
  • Naengmyeon : Soupe froide – vraiment froide car il y a des glaçons – à base de nouilles faite de farine de sarrasin, de pomme de terre et de patate douce.
  • Poulet yangnyeom : Poulet frit coréen : sauce piquante, fromage râpé, lait de coco, ananas… l’éventail gustatif est donc assez impressionnant : sucré, salé, pimenté, et j’en passe! Sans bien sûr oublier que le poulet est frit deux fois.
  • Tteokbokki : Préparés sous vos yeux et tout fumant, ces petits bâtonnets de riz gluant baignent dans de la sauce pimentée sucrée rouge vif!
  • Sundae : Pour les amateurs d’abats! C’est le boudin version coréenne. Cuit à la vapeur et fourré aux intestins de vache ou de porc mélangés avec des nouilles et des petits légumes. Généralement, les Coréens consomment le sundea et tteokbokki en même temps.

À boire

  • Soju : C’est le saké des Coréens, le liquide d’accompagnement de plusieurs de nos repas. Généralement à environ 18 degrés, il peut parfois être de 21 ou 45 degrés. On le retrouve largement commercialisé nature mais aussi aromatisé au pamplemousse, aux bleuets et même au sirop d’érable canadien!
  • Makgeolli : Alcool de riz doux et laiteux.
  • Moju : Jus à base de jujubes (sorte de pomme), ginseng, cannelle et aspartame. Moyen.
  • Oronamin C drink : Breuvage à forte teneur en vitamine C.
Les desserts
  • Hotteok : Pancake fourrée d’un mélange à la cannelle et de cacahuètes. Ultra sucré et brûlant. Franchement délicieux!
  • Tteok : Pâtisserie coréenne faite de farine de riz gluant (찹쌀 chapssal), cuite à la vapeur.
  • Patbingsu : Pyramide de glace pillée. Le patbingsu est devenu le snack favori des couples qui se partagent cet immense mélange de glace pilée, crème glacée, fruits, chocolat, flocons d’avoine…
  • Tornado potato : Spirale de pommes de terre frites sur un bâtonnet, parfois agrémentée d’une saucisse en son centre.
  • Bungeoppang : Petit beignet en forme de poisson fourré à la pâte de haricot rouge sucrée et servi chaud.
  • Choco Pie : Spécialité de Jeonju, similaire au Joe Louis.
Coût de la vie

Le won (KRW) est la monnaie officielle.

  • 1 CAD = 850 KRW. Pour convertir en dollars canadiens, on divise donc par mille et on rajoute 15%.

Quelques achats :

  • Trio McDonald’s : 5 500.
  • Trio Subway 6 pouces au jambon : 6 400.
  • Eau : 600 à 900/2L. Nous n’avons jamais acheté d’eau car les hôtels ont tous des distributeurs d’eau filtrée (froide et chaude).
  • Boisson gazeuse : 850 à l’épicerie.
  • Boisson gazeuse diète : 770 à 850 à l’épicerie. Oui, moins cher!
  • Cornetto : 1 300.
  • Pringles : 2 500.
  • Oreo (100g) : 1 100.
  • Chocolat Snickers : 1 100.
  • Chocolat Lindt  (100 g) : 5 200.
  • Essence (au litre) : 1 475/L soit 1,72 CAD/L.
  • Repas sans breuvage : 5 000 à 12 000/pers.
  • Bibimbap : 6 000 à 15 000.
  • Gimbap (maki coréen) : 500 par petit Gimbap de la longueur d’un doigt.
  • Poisson cru : 30 000 à 50 000/2 pers.
  • Chambre double avec salle de bain privée : À partir de 40 000.
  • Coupe de cheveux pour homme : 19 000.
  • Bière (650 ml) : 4 000 au resto, 1 500 à l’épicerie.
  • Soju : 3 000 à 4 000 au resto, 1 190 à l’épicerie.
  • Bouteille de vin blanc chilien : 2 pour 15 000.
  • Parcours d’autobus interurbain : Environ 5 000/heure.
  • Parcours d’autobus local ou métro : 1 300 à 1 500.
  • Taxi : Environ 6 000 pour 4 km.
  • Lessive : 2 000 pour lavage et 2 000 pour séchage. Souvent offerte gratuitement dans les hébergements.
  • Carte SIM 30 jours 2G de données : Environ 30 CAD.
  • Mentos : 700.
  • Yogourt (230 g) : 1 500.
  • Thon en boîte : 2 100.
  • 10 oeufs : 5 700.
  • Frosted Flakes (600 g) : 4 140.
  • Nutella 370 g : 6 000.
  • Beurre d’arachides JIF 454 g : 5 600 à 8 930.
  • Häagen-Dazs (473 ml) : 9 700.
  • Homard du Canada : 60 000/kg soit environ 32 CAD/livre.

Les plus

  • Retour à la modernité en arrivant à Séoul.
  • Les sourires qu’on nous retourne lorsqu’on dit bonjour en coréen.
  • L’incroyable générosité des Coréens. On nous a offert : oeufs, tomates, mandarines, kumquats, jus, taxi privé, soupe, bibimbap, choco pie, yogourts, jus, etc. On nous a expliqué que les Coréens ayant vécu dans l’extrême pauvreté durant la guerre se sentent redevables de donner au prochain devant l’abondance dans laquelle ils vivent à présent.
  • Les beaux paysages de randonnée.
  • Côtoyer l’interdite Corée du Nord.
  • Skier sur le site des Jeux olympiques de 2018.
  • La nourriture coréenne dont on ne s’est pas tanné.
  • Les multiples marchés tous plus attirants les uns que les autres.

Les moins

  • Difficulté à communiquer avec les unilingues Coréens malgré toute la bonne volonté qu’ils y mettent.
  • La fermeture annuelle d’un tronçon de plus de 20 km du parc de Jirisan pendant notre passage nous a empêché de faire une traverse.
  • Je (Simon) n’ai pas trouvé de bibimbap surpassant celui du restaurant Atti à Montréal (Sandra, pas d’accord).

Si c’était à refaire

  • Gyeongju pourrait être escamotée.
  • À Jeju, louer une voiture une journée pour visiter la partie est pourrait donner plus de flexibilité.

Les bonnes adresses

Hébergements

  • J-Honor Guesthouse, Séoul, 47 CAD. Très bien situé à prix raisonnable pour Séoul. Lessive gratuite.
  • Philstay Myeongdong Metro, Séoul, 44 000. Très bien situé, petit, Nutella et beurre d’arachide en déjeuner, tout neuf.
  • The House Hostel, Sokcho, 40 000. Accueil impeccable, ce que tout Hostel devrait être!
  • Jungdongjin Endam, Jungdongjin (près de Gangneung), 50 000. Traitement VIP : on nous a gracieusement offert le service de taxi 5 fois.
  • Pyeongchang Edelweiss Pension, Pyeongchang, 94 000. Aussi service de taxi gratuit.
  • Andong Park Hotel, Andong, 50 000.
  • G House Mini Hotel & Guesthouse, Gyeongju, 40 000. Lessive gratuite.
  • Austin Guesthouse, Busan, 36 500. Chambre dans un immense condo d’une valeur de plus d’un million de dollars au 44e étage. Rapport qualité/prix extraordinaire!
  • Jirisan Little Princess, Gurye, 58 000. Propriétaire bilingue.
  • Pop Hotel, Jinju, 45 000. Chambre cinéma et pop-corn à volonté. Lessive gratuite.
  • Hanok Guesthouse Jangsoo, Jeonju, 32 400. Chambre style coréen, i.e., on dort directement au sol sur l’habituel plancher chauffant.
  • Hotel Mimong, Seogwipo, 40 000. Le couple qui tient l’hôtel se plient en quatre pour nous faire plaisir allant même jusqu’à nous offrir yogourts, chocopie et pommes de terre!
  • Hotel Gray, Busan, 40 000.

Restaurants

  • Yoogane Myeongdong, Séoul, 6 000 à 10 000/plat. Très populaire. Chicken marinated galbi qu’on fait frire à notre table. Succulent.
  • Dakgalbi Street, Chuncheon, 11 000/dakgalbi. Une vingtaine de restaurants offrant ce délice qu’est le Dakgalbi.
  • Marché de Sokcho, Sokcho. Poulet frit rapelant le général Tao mais encore plus savoureux, excellents gimbaps, mochis, arachides grillées, crêpes sucrées aux noix.
  • 88, Sokcho, 12 000/pers. BBQ de poisson préparé à notre table basse. Très local! Super!
  • Jjimdak Street, Andong, 25 000/2 pers. Énorme assiette de poulet et nouilles qu’on déguste sur une table basse avec un verre de Andong Soju à 21 degrés. Encore très local!
  • Sulbing : Dessert glacé original fait à partir de flocons de lait glacé recouverts de poudre de soya auquel nous sommes invités à y rajouter du lait condensé sucré à volonté! Nous nous sommes partagés celui au gâteau au fromage (8 000 KRW). Tout simplement cochon!
  • Marché près de Seomyeon Rotary à Busan.
  • Hyundai OK, Jeonju, 6 000 KRW/pers. Non, ce n’est pas un concessionnaire de voiture mais bien un endroit très rustique où l’on sert une soupe de riz et de fève germée excellente.
  • Veteran, Jeonju. Vapeurs et soupe de nouilles.
  • Gajokhoegwan, Jeongju, 12 000 à 15 000/pers. Bibimbap de boeuf cru ou cuit, soupe et ses 12 banchans dont l’omelette.
  • Marché de Seogwipo.
  • Bultanen sutbul galbi, Seogwipo, 15 000/pers. Super grillade de porc mariné et côtes de porc.
  • An Sung Won, Seogwipo, 10 000/pers. Meilleur bibimbap.
  • Restaurant presque face à l’hôtel Gray, Busan, 5 000 à 7 000/pers. Menu en coréen seulement. Le jeongsik (set menu) et le makguksu sont extraordinaires.

Observations diverses

  • On doit retirer ses chaussures partout et ainsi profiter des planchers chauffants : à la maison, à l’hôtel, au resto et même sur le traversier.
  • À l’hôtel : En plus des planchers chauffants, il y a également les couvre-matelas chauffants. Il y a toujours un séchoir à cheveux et tout un assortiment de produits de beauté : lotions pour le corps, rasoirs, lotions après-rasage, masques de beauté, exfoliants, produits tonifiants, brosses à dents, brosse à cheveux, peigne, élastiques, condoms, etc. La liste est longue. De plus, il n’est pas rare de voir que chaque chambre a son routeur et les connexions sont rapides.
  • On retrouve fréquemment de grands casiers gratuits sur les sites touristiques. Pratique lorsqu’on veut visiter quelque chose lors d’une journée de déplacement avec notre gros sac-à-dos.
  • Nous avons déjà parlé de la station de dépoussiérage mais on la rementionne car elle nous fait rigoler.
  • Presque toutes les voitures sont blanches, grises ou noires et une rouge à l’occasion. Les automobilistes sont peu courtois envers les piétons. Nous avons vu par exemple une vieille dame traverser la rue en marchant lentement avec sa canne et l’autobus dans lequel nous étions voulait tellement tourner à droite en vitesse que la dame a dû reculer de quelques pas.
  • Toujours dans les voitures, plusieurs d’entre elles ont des petits blocs de styromousse bleus collés sur leurs portières, sans doute pour les protéger d’éventuels coups. Mais pourquoi bleu? Il me semble que ce serait plus discret d’en choisir de couleur identique au véhicule.
  • Des cafés et boulangeries sont présents à la grandeur du pays, ce qui nous a beaucoup surpris et avouons que la baguette traditionnelle n’est pas piquée des vers. Il y a un peu trop de trucs farcis aux haricots rouges par compte. Et pourquoi recouvrir une bonne petite baguette à l’ail avec du sucre? Ça, c’est franchement pas bon! Mais le café est bon (je ne parle pas des sachets de café instantané disponibles dans toutes les chambres d’hôtel)!
  • Télévision : Les émissions où les candidats prennent plaisir à se ridiculiser semblent avoir la cote! Par exemple, manger des trucs hyper pimentés à en suer à grosses gouttes.
  • Golf : On peut voir d’immenses filets verts déployés en pleine ville au-dessus de bâtiments qui permettent aux Coréens de s’entraîner. Jouer au golf signifie ici souvent l’atteinte d’un certain statut social. De plus, quelques chaînes spécialisées sont entièrement consacrées à ce sport et on y présente même des tournois de golf virtuels.
  • Go : Dans les parcs publics, on joue au Go. Pour l’oeil d’un néophyte, ça ressemble aux dames. Il y a aussi une chaîne télévisuelle spécialisée consacrée à ce jeu.
  • Transports : Se déplacer en Corée est extrêmement facile. Les parcours interurbains d’autobus sont nombreux et souvent à une fréquence de 10 à 30 minutes. Ils sont ponctuels concernant l’heure de départ et arrivent à destination souvent avant l’heure prévue.
  • Carte de crédit : À peu près partout on accepte notre carte de crédit. Le caissier glisse la carte et c’est terminé. Pas de code à saisir et rarement une signature. Efficace!
  • Guichets automatiques : On doit saisir le nombre de billets de 50 000 qu’on désire, la balance étant des billets de 10 000.
  • Propreté : C’est propre partout! En exagérant à peine, un hôtel propre vietnamien serait presqu’un hôtel sale en Corée! Et il y a toujours une toilette à proximité d’où on se trouve AVEC du papier!
  • Physionomie : Nous ne saurions dire ce qui différencie un Coréen d’un Japonais ou d’un Chinois mais souvent, on sait si une personne est coréenne ou non. Les Coréens sont plutôt grands et ne sont pas si effilés.
  • Il est socialement admis d’avoir recours à la chirurgie esthétique. Une opération pour débrider les yeux par-ci, un rabotage de menton par-là.
  • Les Coréens sont les champions toutes catégories de l’utilisation de téléphones multifonctions et le pays est un laboratoire mondial de la consommation technologique : « Ayant le plus haut taux d’acceptation technologique, ils sont l’endroit idéal pour pour tester le futur…. l’innovation digitale est affaire de survie. ».
  • Société ultra-compétitive, il n’est pas rare que les élèves soient en classe ou suivent des cours de toutes sortes dès les premières lueurs du jour jusqu’à tard le soir car l’excellence à l’école est une question de vie ou de mort. Obsédé des classements, ce pays est le plus performant de l’OCDE mais derrière ces prouesses se cache une triste réalité : ils ont le taux de suicide le plus élevé.
  • Beaucoup de Coréens connaissent Québec. Étonnant, n’est-ce pas? Et bien il se trouve qu’en octobre dernier s’est déroulé à Québec le tournage d’une série dramatique coréenne mettant en vedette deux vedettes bien connues dans toute l’Asie : Gong Yoo et Kim Go-Eun. Nous avons même rencontré un jeune couple qui partait visiter Québec en mars. Je pense qu’ils ne réalisent pas que le paysage en mars sera complètement différent.

Le mot de la fin

La Corée du Sud ne se démarque pas particulièrement par des grands moments d’émerveillement mais nous avons tout de même grandement savouré notre parcours dans ce pays. Est-ce parce que nous avons voyagé hors saison (février et mars) comme nous le faisons rarement ce qui nous a donné une très grande liberté? Est-ce parce qu’il y a tout simplement peu de touristes occidentaux (nous n’en avons croisé qu’une poignée)? Est-ce parce que la Corée est foody comme nous le sommes? Est-ce parce qu’on y a découvert de beaux paysages doux et ressourçants? Est-ce parce que les Coréens sont accueillants et généreux? Probablement que c’est un mélange de tout ça! 

2 reflexions sur “Corée du Sud : Conclusion

  1. Christian

    Wow. Ce topo est sans doute le plus élaboré de la série. De l’excellent travail.
    Il est évident que vous avez apprécié. Vous m’avez aussi sérieusement mis en appétit.
    Une petite salade de roquette aux kumquats au retour? Ils sont très bons en ce moment 😉

    Et hop au Japon maintenant! Bonne route.

  2. Lédine

    Très beau reportage! Beaucoup d’agents de voyage seraient heureux de vous connaître, le Routard aussi. Vous nous donnez le goût de vivre votre belle aventure. Chanceux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *