SanSim en vacances

Japon : Conclusion

Nous avons parcouru le Japon pendant 56 jours. Notre itinéraire se résume ainsi :

Langue

Il n’y a pas de langue officielle à proprement parler au Japon mais le japonais est évidemment la langue d’usage.

  • Bonjour le matin (plus poliment) = Ohayô (gozaimass’)
  • Bonjour classique = Kon’nitchiwa
  • Bonsoir = Konbanwa
  • Merci (plus poliment) = Arigato (gozaimass’)
  • S’il vous plaît = Onégaïshimass’
  • Au revoir ! (avec un sens d’adieu) = Sayonara
  • À bientôt = Mata aimashou
  • S’excuser ou attirer l’attention d’un serveur : Sumimasen
  • Bienvenue, venez, entrez donc = Irasshaimase. Formule de politesse qu’on entend des dizaines de fois par jour en entrant dans un commerce.
  • Oui = Haï
  • Non = Iie
  • 1 à 10 = Ichi, Ni, San, Shi, Go, Roku, Nana/Shichi, Hachi, Kyu, Ju
  • 100, 1000 = Hyaku, Sen
  • Bon appétit = Itadakimasu
  • C’était délicieux = Gochisoosama deshita
  • Chin Chin, Santé, Cheers = Kampaï

Qu’est-ce qu’on y mange?
La cuisine japonaise est savoureuse et variée. La saveur umami est présente dans de nombreux plats.

Base

  • Tofu, soja, vinaigre de riz, gingembre.
  • Sésame : Il y a parfois sur les tables des petits moulins à moudre les graines.
  • Algues : Les Japonais en sont friands.
  • Miso : Pâte de haricots de soja fermentée et salée. Base de la très connue soupe miso.
  • Mirin : Sorte de saké très doux, utilisé presque uniquement comme assaisonnement.
  • Sauce teriyaki : Sauce soja sucrée au mirin.
  • Wasabi : Pâte verte qui remonte au nez!
  • Bonite : Nom donné à plusieurs espèces de poissons, cousin des thons.
  • Katsuobushi : Préparation de bonite (Katsuwonus pelamis) séchée, fermentée, et fumée.
  • DashiBouillon de konbu et de bonite séchée.
  • Tsukemono : Aliment macéré qu’on sert en accompagnement.
  • Umeboshi : Petite prune salée macérée, rouge vif qu’on retrouve généralement déposé sur du riz blanc rappelant ainsi le drapeau japonais.
  • Bento : Repas rapide ou casse-croûte contenu dans un coffret compartimenté parfois jetable.

Fruits

  • Nèfle du Japon : Petit fruit orange.
  • Fraise : Le goût de la fraise est très apprécié au Japon, le pays étant le plus grand producteur et consommateur de desserts au goût de fraise au monde.
  • Natsumikan : A l’apparence d’une orange mais le goût d’un pamplemousse.
  • Ponkan : Hybride mandarine et pomélo.

Les plats

  • Sushis : Riz vinaigré appelé shari combiné avec un autre ingrédient appelé neta qui est habituellement du poisson cru ou des fruits de mer. Plusieurs formes :
    • Maki : Rouleau de riz qui entoure un ou des ingrédients recouvert d’une algue.
    • Nigiri : Boule de riz surmontée d’ingrédients.
    • Temaki : Cône d’algue contenant du riz et des ingrédients.
    • Inari sushi : Poche de tofu frit remplie de riz.
    • Chirashi : « Sushi éparpillé ». Ce n’est pas un plat assemblé, mais un simple bol de riz à sushi (assaisonné de vinaigre de riz) sur lequel sont déposées les garnitures froides (sashimi de saumon ou de thon, tamagoyaki, plus rarement avocat ou fromage…). Il présente l’avantage d’être simple à préparer et souvent copieux.
  • Sashimis : Tranches de poisson cru.
  • Rāmen : Pâtes dans un bouillon à base de poisson ou de viande et souvent assaisonné au miso ou à la sauce soja. Chaque région du Japon dispose de sa propre recette de rāmen.
  • Udon : Nouilles à base de farine de blé tendre (froment), pâtes japonaises les plus épaisses : de 2 à 4 mm de largeur.
  • Soba : Nouilles de sarrasin.
  • Tonkatsu : Côtelette de porc panée ou frite.
  • Donburi : Bol de riz chaud surmonté d’ingrédients.
    • Gyudon : avec des lamelles de boeuf cuites dans une sauce à la fois sucrée et salée, d’oignon et de gingembre.
    • Tendon : avec des tempuras.
    • Unagidon : avec de l’anguille grillée et sauce teriyaki.
    • Oyakudon : avec du poulet et de l’œuf.
    • Katsudon : avec du porc pané.
  • Curry japonais : Servi sous trois formes principales : le riz au curry (karēraisu), le karē udon (des nouilles épaisses) et le karē-pan (du pain fourré). Il est plus épais et a un goût plus doux et moins épicé que son équivalent indien.
  • YakitoriBrochettes dont chaque morceau a la taille d’une bouchée, cuites sur un gril.
  • Gyoza : Raviolis constitués d’une pâte croustillante sur le dessous et molle sur le dessus. La farce est souvent faite à partir de porc haché, oignon, chou et gingembre. On les mange en les trempant dans une sauce soja/vinaigre.
  • Takoyaki :  Boules de pâte que l’on fait frire composé de demi-sphère, à l’intérieur desquelles on met un morceau de poulpe. Ces boules sont toujours servis avec une sauce BBQ japonaise, de la mayonnaise et des copeaux de bonite séchée. Attention aux risques de brûlure du palais tellement c’est chaud!
  • Champon : Plat complet à base de nouilles japonais typique de la région de Nagasaki.
  • Okonomiyaki : Littéralement okonomi (ce que vous aimez / voulez) et yaki (grillé), pâte qui enrobe un nombre d’ingrédients très variables (choux, porc, seiche, crevettes, kimchi, fromage, aonori, œufs,… ) découpés en petits morceaux, le tout étant cuit sous nos yeux sur une plaque chauffante. Spécialité de Hiroshima (notre variante préférée) et de Osaka.
  • Monjayaki : Cousin du okonomiyaki mais en plus liquide qu’on retrouve à Tokyo.
  • Sukiyaki (fondue japonaise) : Fondue dans laquelle on fait cuire de la viande et des légumes crus, arrosés d’une sauce warishita, composée de mirin, de saké, de shoyu et de sucre. Après avoir fait cuire ses aliments dans le bouillon, on trempe sa bouchée dans un oeuf cru battu avant de la manger.
  • Shabu-shabu (fondue japonaise) : Proche du sukiyaki mais en moins sucré. Shabu-shabu est l’onomatopée japonaise correspondant au bruit de la viande plongée dans le bouillon chaud. Vient avec une sauce au sésame au lieu de l’oeuf cru.
  • Teppanyaki : Cuisson de viande sur plaque.
  • Tenpura ou Tempura : Aliments frits dans un bain de graisse, à déguster chaud.
  • Onigiri : Boulette de riz, généralement enveloppée d’une algue nori et souvent de forme triangulaire ou ovale.
  • Tamagoyaki : Omelette sucrée salée cuite dans une poêle rectangulaire.
  • Unagi : Anguille.
  • Gobo (bardane) frits : Racine frite.
  • Karaage : Friture, ingrédients variés frits dans l’huile.
  • OdenPot-au-feu japonais.
  • Gomame : Petits anchois séchés.

À boire

  • Saké : Alcool de riz de 15% à 17%. Il en existe 10 000 types différents.
  • Shōchū : Boisson distillée principalement à partir de riz, d’orge, de sarrasin, de patate douce ou sucre brun mais parfois aussi de châtaigne, shiso… Cette eau-de-vie vient de Kyūshū au Japon et contient de 20 % à 45 % d’alcool.
  • Bière : Quatre grands brasseurs se partagent le marché. Asahi occupe actuellement environ 35% des ventes. Viennent ensuite les groupes Kirin avec 30%, Suntory à 15% et Sapporo à 10%.
  • Hoppy : Boisson non alcoolisée à saveur de bière qu’on ajoute à un verre de Shōchū. Rafraîchissant!
  • Whisky : Le whisky japonais occupe la 4e place des whisky les plus consommés au monde après le scotch whisky, l’Irish whiskey et les whiskey américains.
  • Matcha : Poudre très fine de thé vert moulu.

Les desserts

  • Wagashi : Petites pâtisseries japonaises en tout genre.
  • Mochi : Gâteaux de riz gluant. Plusieurs variétés dont le dango ou le daifuku.
  • Manju : Petits pains cuits à la vapeur fourrés parfois de anko (pâte de haricots rouge)
  • Monaka : Gaufrette (qui ressemble à s’y méprendre à de l’ostie), fourrée (et là aussi, on retrouve souvent la pâte de haricots).
Coût de la vie

Le yen (JPY) est la monnaie officielle.

  • 1 CAD = 83 JPY. Pour convertir en dollars canadiens, on divise donc par cent et on rajoute 20%.

Quelques achats :

  • Trio McDonald’s : 680.
  • Eau : 96/2L. Nous n’avons jamais acheté d’eau car l’eau est potable partout.
  • Boisson gazeuse (500 ml) : 86 à l’épicerie, 160 en distributrice.
  • Boisson gazeuse diète : 162 à l’épicerie.
  • Cornetto : 117.
  • Pringles : 225.
  • Oreo (18) : 214.
  • Snickers : 139.
  • Arachides enrobées de chocolat (72g) : 108.
  • Choco pan : 120.
  • Essence (au litre) : 124 à 136/L soit 1,49 CAD à 1,64 CAD/L
  • Repas sans breuvage : 800 à 1000/pers.
  • Sushis : 1000 à 1500/pers.
  • Convoyeur à sushi : 100 à 500 pour 2 sushis. Un repas revient à environ 1200/pers.
  • Kit Kat : 200 à 800/12 x 11,3 g. Variétés : ordinaire, chocolat noir, fraise, menthe, thé vert, soya, saké, gâteau au fromage, wasabi, patates douces, rhum et raisins, fèves rouges, etc.
  • Chambre double avec salle de bain privée : De 70 CAD à 110 CAD.
  • Petit appartement via Air BnB : 70 à 110 CAD.
  • Coupe de cheveux pour homme : 1500 à 1800.
  • Bière (650 ml) : 600 au resto, 160 à l’épicerie.
  • Sake (100 ml) : 102 en épicerie, 380 en restaurant.
  • Sake (1,8 L) : 1700 en épicerie.
  • Bouteille de vin blanc chilien : 538.
  • Whisky japonais : 1500/bouteille.
  • JR Pass : 660 CAD/3 semaines de déplacements illimités en train.
  • Parcours d’autobus interurbain : Environ 1100/heure.
  • Parcours d’autobus local ou métro : 160 à 230.
  • Lessive : 100 à 200. Souvent offerte gratuitement dans les hébergements.
  • Carte SIM 30 jours 2G de données : Environ 30 CAD.
  • Mentos : 102.
  • Yogourt (180 g) : 96.
  • Thon en boîte : 258.
  • 10 oeufs : 214.
  • Melon : 10 800 (environ 130 CAD). Il y a une demande pour les fruits à prix exorbitants. On les offre comme preuve de respect. Récemment, on y aurait vendu un melon à 27 000 USD.
  • Frosted Flakes (215 g) : 322.
  • Beurre d’arachides Skippy 340 g : 592.
  • Häagen-Dazs (6 x 75 ml) : 754.
  • Fraise : 278/11 moyennes.
  • Pomme : 150/grosse.
  • Banane : 50/unité.
  • Tomates : 322/4 moyennes.
  • Sushis : 580/9 morceaux à l’épicerie.
  • Bento : 520 à l’épicerie.

Les plus

  • Découvrir quelques uns des plus beaux temples et châteaux du Japon : Kyoto, Himeji, Nara, Koyasan.
  • La belle rencontre avec M. Yakeno et sa famille à Nagasaki.
  • Vivre la période des sakura (floraison des cerisiers).
  • Faire de la randonnée dans la nature de l’Hokkaido et du Kyushu.
  • Admirer le splendide Mont Fuji.
  • Observer des lutteurs de sumo s’affronter.
  • Ressentir les effets des bombes atomiques à Hiroshima et Nagasaki.
  • Voyager en train rapide, ponctuel et confortable.

Les moins

  • Être dans les Alpes japonaises sans pouvoir s’y balader étant hors saison.
  • Communiquer avec des Japonais généralement unilingues a été un défi de tous les jours.
  • Parcourir des grandes villes et des très grandes villes semaines après semaines.

Si c’était à refaire

  • Prendre un cours de base de Japonais.

Les bonnes adresses

Nous avons peu de bonnes adresses à proposer. Du côté hébergement, nous y allions pour ce qui était le moins cher possible (entre 70 et 110 CAD) parmi un choix limité. Du côté resto, il fallait y aller au pif selon le prix et l’atmosphère du moment.

Hébergements

  • Richmond Hotel Kagoshima Kinseicho, Kagoshima, 63 CAD.
  • The Prime Pod Ginza Tokyo, Tokyo, 113 CAD. Hotel Capsule.
  • Court Hotel, Asahikawa, 42 CAD.

Restaurants

  • Fukuoka, Ippudo, 800/pers. Soupe ramen.
  • Restaurant tout pour 280, Osaka.

Observations diverses

  • Toilettes japonaises : Nous avons déjà brièvement abordé le sujet mais nul ne résume mieux le sujet que Jean-François Chicoine dans cet article publié récemment dans La Presse+.
  • Parapluies : À l’entrée de certains centres commerciaux, on met à disposition des clients un distributeur de sacs plastiques dans lequel on insère son parapluie évitant ainsi qu’il ne dégoutte. Parfois, on retrouve un sèche-parapluie qui consiste en deux panneaux verticaux parallèles recouverts d’un tissu absorbant dans lequel on frotte l’objet dégoulinant. À titre d’information, nous n’avons pas eu à acheter de parapluies, ils sont prêtés gratuitement dans les hôtels et plusieurs commerces.
  • Sacs de plastique : Les Japonais sont les rois du suremballage. Que ce soit lors de l’achat de charcuteries ou d’un sac de biscuits, on emballe tout individuellement et on insère l’ensemble dans un sac pour ensuite mettre le sac dans un autre sac, celui du magasin. Nous refusions toujours le sac de plastique du magasin et ils rigolaient parfois.
  • Propreté : Les Japonnais ont une obsession pour la propreté et la protection contre les microbes. Beaucoup portent le masque et ce, beau temps mauvais temps, dehors, dans leur voiture, etc. Aussi, il est impératif de retirer ses chaussures dans les logements et souvent, il faut chausser des pantoufles spécifiques pour aller au petit coin.
  • Transports publics : Ils sont d’une ponctualité irréprochable. De plus, les chauffeurs de train et d’autobus font toujours une série de gestes pour suivre le protocole… Et le silence règne dans le métro!
  • Gare : Les villes japonaises sont organisées autour de la gare qui la dessert. Et dans les gares, on trouve généralement des restaurants qui sont étonnamment très bons, des centres commerciaux, des supermarchés, etc.
  • Accessibilité : Une attention particulière est donnée aux personnes à mobilité réduite (ascenseurs) et encore davantage pour les aveugles : sur chaque trottoir une bande inégale jaune sert de guide et il y a bruits d’oiseaux aux intersections.
  • Keijidōsha ou « K car » : C’est ainsi qu’on dénomme les très petites voitures japonaises. Tous les grands constructeurs ont leur modèle que les femmes affectionnent particulièrement semble-t-il. Par ailleurs, dans toutes les villes de plus de 100 000 habitants, l’achat d’une voiture ne peut être accordé qu’avec un justificatif de place de parking.
  • Station-service : Nous avons tenté l’expérience de faire le plein dans une station d’essence en libre-service mais nous avons quand même dû faire appel à un préposé car nous étions incapables d’effectuer le paiement en raison de l’affichage qui était exclusivement en japonais.
  • Centres commerciaux : Le Japon est un gigantesque centre commercial et dans chaque ville, des dizaines d’édifices à plusieurs étages encouragent à la consommation.
  • Carte de crédit: Nous avons été étonnés de constater que la carte de crédit n’est pas acceptée partout. Beaucoup de commerces la refusent comme des hôtels, des supermarchés, des boutiques à l’aéroport, etc. Par contre, tous les dépanneurs l’honore d’un simple « tap« .
  • J-pop : Musique japonaise allant de la pop au hard rock en passant par le rap, le dance et autres styles. À ma grande surprise, les groupes pop de jeunes filles sont particulièrement appréciés des papies!
  • Tanuki : Devant nombre d’habitations et commerces, on retrouve une figurine tanuki. Celle-ci est semblable à un raton laveur et est supposée protéger contre les incendies et le vol.
  • Sécurité : Le Japon est un pays où l’on se sent extrêmement en sécurité. Ici, on verrouille son vélo mais jamais à une base fixe. Dans le train ou au restaurant, les gens laissent tout sur place pour aller aux toilettes sans se soucier. La possession d’arme est interdite d’où un des taux d’homicide les plus bas au monde (0,4/100 000 habitants, 4 fois moindre qu’au Canada et 10 fois moindre qu’au États-Unis).
  • Les Japonais sont aidants : Par exemple, nous cherchions un truc spécifique dans un supermarché et comme il n’y en avait pas, une préposée nous a attrapés à la sortie du commerce : elle avait dessiné un plan sur un bout de papier et malgré la barrière de la langue, nous a expliqué où on pourrait trouver ce que nous cherchions.
  • Conformistes : Ils respectent rigoureusement toutes les règles, formelles ou non. Ils sont droits, ils sont polis et n’en finissent plus de nous remercier et de faire des courbettes, au sens littéral et figuratif, ce qui fait en sorte que ça entraîne une certaine distance dans les relations.
  • V : Nous nous sommes amicalement moqués des Japonais qui abusent du signe V sur leur photo. Ici, une explication de l’origine de ce geste.

Le mot de la fin

À la fin de ces deux mois passés au Japon, nous étions un peu saturés de visiter des grandes villes. Comme la quantité de touristes visitant le Kyushu et Hokkaido étant plus faible, ça se sentait dans les relations avec les Japonais. Les gens étaient beaucoup plus enclins à nous parler spontanément. Somme toute, le Japon est un pays fascinant à découvrir pour son architecture, sa culture, ses phénomènes volcaniques et son mélange de modernisme et de traditions. Clairement, il se démarque de tous ses voisins asiatiques.

2 reflexions sur “Japon : Conclusion

  1. Christian

    Voilà, c’est la grande finale. Excellent topo. Merci pour ce périple.
    Ce fut un plaisir de vous lire.

    Et cette fois ci, bon retour! 😉

  2. Jean-François

    Beau voyage ! Nous avons bien aimé vos photos, elles nous ont rappelé de bons souvenirs.

    À bientôt 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *