SanSim en vacances

Plaisirs gastronomiques à Hoi An

Hoi An, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1999, fut autrefois un port de grande importance sur la route de la soie. Mais vers la fin du 19e siècle, l’envasement de la rivière Thu Bon a rendu les quais inaccessibles aux navires. Les maisons de bois aux styles chinois, japonais et français abritent aujourd’hui des boutiques où se succèdent tailleurs, restaurants, marchands de soie ainsi que divers produits destinés aux touristes. La circulation à mobylette étant interdite dans le centre historique, c’est très agréable de flâner dans les rues près de la rivière.

La ville est considérée comme étant le lieu par excellence de la cuisine vietnamienne. On y retrouve des mets que nous n’avons pas encore goûtés au Vietnam comme le Cao Lau par exemple. Il s’agit d’un plat composé de porc, de fèves de soja, d’herbes et de grosses nouilles fabriquées, selon la légende, à partir de l’eau d’un puits unique près de la ville.

En plus d’être cette ville historique, touristique et capitale gastronomique, c’est également notre point de rencontre avec Andrée et Gilles-André, nos amis avec qui nous voyagerons pendant les deux prochaines semaines. Nous sommes très contents de partager ces moments avec vous.

Comme ils sont bien étourdis par les 12 heures de décalage horaire, on s’est dit que c’était un bon moment pour nous inscrire à un cours de cuisine vietnamienne dès leur premier jour 😉 Nous avons d’abord fait un arrêt au marché local avec le Chef Bup pour acheter les denrées nécessaires à la réalisation de nos plats. C’était vraiment agréable d’être au marché avec quelqu’un comme Bup pour répondre à nos questions car généralement dans ce genre d’endroit, il n’y a pratiquement personne qui parle anglais. Nous y avons même dégusté un balut soit, un oeuf de cane cuit à la vapeur et dont le foetus est déjà formé. Citation de Gilles-André: « OMG! Ça fait juste deux heures que je suis arrivé et déjà, je fais des choses que je ne pensais jamais faire »! ☺️ Après le marché, Bup nous a accueilli dans sa demeure pour nous enseigner les rudiments de la cuisine vietnamienne. Au menu : rouleaux de printemps, salade de mangues vertes, casserole d’aubergines et poisson cuit dans une feuille de banane. Tout était succulent et relativement facile à exécuter. À faire au retour!

Le reste du temps fut consacré à l’exploration des environs de la ville à bicyclette avec entre autres un village de cocotiers immergés dans l’eau, la plage et des rizières. Nous nous sommes même laissés aller à un petit jogging dans les rizières. Là, je pense que nos amis ont droit à quelques moments de repos 😴!

4 reflexions sur “Plaisirs gastronomiques à Hoi An

  1. Pingback: Vietnam : Conclusion – SanSim en vacances

  2. Lédine

    Vous vivez vraiment des beaux moments de bonheur. Agréable de vous voir cuisiner , mais il nous manque les arômes. J’adore les couleurs dans les marchés.
    Heureuse jeunesse qui folâtre en vélo dans les rues et dans les cocotiers.
    Les rizières….ah! ces pauvres femmes!
    Saluez vos amis! Prenez soin de vous!

  3. Papa ... Yves !

    Ave, il n’y a aucun voyage organisé qui procure autant l’authenticité d’un pays
    J’ai noté différentes teintes chez certains pieds !!! Pourquoi ?

  4. Christian O.

    Wow! Le cours de cuisine, j’aurais certainement adoré.
    L’un des mets que j’apprécie particulièrement dans un resto du coin et la salade de papaye verte.

    La météo vous semble clémente. C’est super.

    Salutations particulières à Gilles-André.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *