SanSim en vacances

Rajasthan : Les havelis

C’est dans le Rajasthan, Terre des rois, que régnaient les maharajas dans leurs majestueux forts et leurs palais grandioses. Les forteresses émergeant du désert datent de l’empire moghole. Outre ses merveilles architecturales, on y retrouve des dunes de sable, une jungle et une culture qui se distingue avec sa multitude de festivals, ses couleurs et ses saveurs. Tout ceci fait de cette région désertique l’endroit de l’Inde le plus visité et c’est ce que nous tenterons de vous faire découvrir.

Commençons par le Shekhawati où les havelis font la renommée de la région. Les havelis sont de grandes résidences jadis construites par de riches commerçants, ornées de peintures et comportant de jolies cours intérieures où l’artiste a su combiner des sujets traditionnels comme la mythologie, la religion à d’autres plus contemporains. À partir du 14e siècle, les villages composant le Shekhawati constituaient d’importants centres de commerce pour les caravanes parcourant les routes. Certains havelis ont même été transformés en hôtels comme c’est le cas de celui où nous logeons tout près de Mandawa.

Dans les villages de Nawalgarh, Mandawa et Fatehpur, où on retrouve beaucoup de havelis, quelques jeunes Indiens viennent à notre rencontre et veulent devenir notre guide le temps d’une visite. Sur la route, dans les rues, il ne se passe pas une seconde sans que des tranches de vie se succèdent sous nos yeux ahuris.
En sortant de Bikaner, une dame enveloppée dans son sari dort à poings fermés sur le bord de la chaussée. Les voitures circulant dans le trafic matinal la contournent comme si c’était la chose la plus naturelle au monde. Pas de photo à l’appui car je ne peux me résoudre à m’approprier ce genre d’images.

Autre fait inusité : nous sommes sur la route menant à Jaisalmer lorsque des centaines et des centaines de gougounes apparaissent soudainement sur notre gauche, tout le long de la route. Intrigant n’est-ce pas? Il se trouve qu’il s’agit de sandales abandonnées par des dévots se rendant pieds nus au Temple Ramdevra, un pèlerinage de 25 km.

Je ne pourais vous quitter sans parler du Temple de Karni Mata mieux connu sous le nom de Temple aux rats sacrés. Les rats seraient la réincarnation des membres de la famille de Karni Mata, une sainte ayant ramené son fils à la vie et décrété que les membres de sa famille ne mourraient plus mais seraient réincarnés en rats. Si on a la chance d’en voir un blanc, ça porte bonheur. Pas de chance pour nous!

3 reflexions sur “Rajasthan : Les havelis

  1. Christian O.

    Fantastique et très intéressant!
    Monsieur T, vous n'avez pas perdu l'œil et toi Sandra, la plume coule toujours aussi bien.
    À bientôt…

  2. Nicole Ross

    Impressionnant tout ça, et surtout bien rendu littéralement grâce à la plume de San, et appuyé sûrement par les photos, du non moindre Sim… Quel duo vous faites! Tourlou des sédentaires retourné au travail, sniff… Bisou, Mam Ross…

  3. Michel Paris

    suprenant les gougounes. Belles images. Je voyage en pensée avec vous….

    Échos de Bureau: Espacejeux passe à la 3e ronde de Génies en Herbe ayant défait la VPCTI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *