SanSim en vacances

Route australe : Glacier O’Higgins

Lédine & Sandra, Villa O’Higgins, Chili
En Patagonie, nous allons de découverte en découverte. En effet, nous avons navigué sur le Lago O’Higgins, un lac d’origine glaciaire dont la profondeur atteint 836 mètres, ce qui en fait le plus profond d’Amérique et le cinquième au monde. Sur cette vaste étendue d’eau bleue, l’immense Ventisquero O’Higgins vient terminer sa course. Derrière cette langue glaciaire atteignant 60 mètres de hauteur et présentant jusqu’à 3 kilomètres de front, se cache un des plus vastes champs de glace de la planète.

Le glacier nons apparaît blanc à certains endroits, bleu ailleurs. Lorsque la glace n’est pas compressée, cela signifie que des bulles d’air se sont formées. La lumière blanche étant composée de rayons de grande longueur, ceux-ci pénètrent à travers ces bulles d’air, d’où la blancheur de certaines zones. En contrepartie, lorsque la glace est écrasée sous l’effet de son propre poids, elle expulse l’air qu’elle contient et se soude en une masse compacte et alors, seuls les rayons de courte longueur d’onde soit, la lumière bleue, peuvent s’infiltrer. Il en découle un glacier bleu aux endroits où la glace est bien compacte car le chemin à parcourir par la lumière est long.


Pour ce qui est de la couleur de l’eau du lac en aval, elle est le résultat de sédiments provenant du glacier. L’eau est souvent d’un gris laiteux mais lorsque des particules demeurent en suspension dans l’eau, ils diffractent la lumière du soleil et on peut ainsi admirer des eaux dont la diversité des tons de vert ne cesse de nous émouvoir.

L’observation de cette beauté forgée par la nature nous a réellement comblés et même portés à l’extase. Mais pour la contempler, la croisière n’a pas été de tout repos car il a fallu voguer pendant 12 longues heures sur des eaux parfois houleuses entraînant quelques haut-le-coeur. Non, non, nous n’avons pas été malades! Et pendant qu’Yves et Simon prenaient moultes photos et que nous dégustions des glaçons provenant du géant bleu et blanc (!) arrosé de pisco (un Coke pour Yves), de multiples bruyants effritements de glace jaillissaient dans le lac. Tout autour, de très jolis petits icebergs brillaient au soleil laissant humblement régner le glacier O’Higgins, tellement magnifique, dans toute sa splendeur.


2 reflexions sur “Route australe : Glacier O’Higgins

  1. CyberK

    Magnifique! J'ai toujours hâte à votre prochain reportage! À bientôt.

    Sandra, as-tu remarqué l'erreur dans wikipedia? L'article portant sur le lac mentionne une profondeur maximale de 170m alors que la charte des lacs les plus profonds le classe, comme tu l'as mentionné, en 5e place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *