SanSim en vacances

Sud du Vietnam : Cocotiers et rizières

Une petite semaine à parcourir le sud du Vietnam à partir de Saigon, ce n’est vraiment pas suffisant mais ça donne juste le goût d’y retourner.

Ho Chi Minh Ville

Immédiatement après avoir vécu le smog de Beijing, voilà que je fais connaissance avec celui beaucoup moindre de Ho Chi Minh Ville (HCMV). La capitale de 8,5 millions d’habitants, encore appelée Saigon par plusieurs, possède une atmosphère électrisante. C’est une sorte de bordel orchestré. Ça sent l’Asie… Je ne sais pas comment décrire ça mais c’est une odeur qu’on ne retrouve qu’ici, un mélange d’humidité, de BBQ et de fumée provenant des pots d’échappement. 40 millions de vietnamiens (sur plus de 90 millions) possèdent une mobylette. À HCMV, c’est comme dans les films: les véhicules à deux roues s’agglutinent à chaque feu rouge et hop, tout ce beau monde accélèrent au feu vert. Étrangement, les klaxons sont relativement discrets. De plus, je ne me suis même pas fait achaler par des vendeurs itinérants. C’est peut-être Sandra qui les attirent? Bon… On verra dans quelques semaines quand j’y repasserai en sa compagnie!

Visite du War Remnants Museum présentant le point de vue local de la guerre du Vietnam qu’on appelle ici avec raison guerre américaine. Les atrocités américaines y sont présentées sans retenue.

Quelques chiffres sur la guerre du Vietnam :

  • 3 millions de morts
  • 2 millions de civils
  • 2 millions de blessés
  • 300 000 disparus

Cocotiers

De Ben Tre à Tra Vinh, je suis monté à bord d’un petit bateau cargo. Pour quelques dollars, on acceptent qu’un ou deux étrangers les accompagnent durant environ 6 heures. Il faut savoir que c’est un petit bateau chargé de transporter de la marchandise à travers divers canaux du Delta du Mekong et qui s’arrête à quelques endroits en fonction des bons de livraison. Cette route est empruntée par de nombreux bateaux transportant des noix de coco qu’on transforme sur les rives. Les gens sont tout sourire et saluent spontanément.

Rizières

Près de Chau Doc, je parcours les environs en mobylette au travers d’immenses rizières. Deux arrêts étaient planifiés :

  • Tra Su : Une jolie forêt de cajeputiers parsemée de canaux couverts de jacinthes d’eau n’attend que les pirogues. Tout est calme à l’exception des oiseaux qui couvent dans le secteur.
  • Ba Chuc : Ce village est tristement célèbre pour avoir été le théâtre d’un massacre perpétré par les Khmers rouges cambodgien en 1978. 3 157 hommes, femmes et enfants ont été sauvagement assassinés. Seules deux personnes ont survécues. Cet événement a été l’élément déclencheur de l’attaque vietnamienne au Cambodge provoquant la chute de Pol Pot. Un ossuaire et un petit musée sont émouvants.

En rafale

  • Cau May : Dans un parc de Saigon, j’observe pendant 15 minutes des joueurs de Cau May (Sepak takraw) , semblable au volleyball mais qui se joue avec les pieds ou la tête. Ils m’ont offert d’essayer ça. J’ai tenté le coup mais qu’ils sont habiles!
  • Marchés flottants : Il y a plusieurs marchés flottants près de Vinh Long et Can Tho. La visite de celui de Cai Rai, le plus grand, m’a déçu. Bien peu de bateaux.

 

 

6 reflexions sur “Sud du Vietnam : Cocotiers et rizières

  1. Pingback: Vietnam : Conclusion – SanSim en vacances

  2. Yves Roy

    Simon,

    Ho Chi Minh Ville (Saigon), semble fait pour moi… un autre endroit ou les deux roues sont maître 🙂
    Je vois que tu prends goût aux deux roues… fait attention, tu vas pogner la piqure 🙂
    Laisse faire la casquette, le chapeau de pailles de vas bien 😉
    Au marché flottant de Cai Rai, as-tu acheté l’outfit de la madame (mauve fleurie) pour l’anniversaire de Sandra ?

    Pour la Xième fois, tu viens de me donner la piqure pour une autre destination voyage.

    Pour de me faire voyager.
    Yves

  3. Christian O.

    Topo vraiment intéressant, en particulier pour la noix de coco.
    Comment est la barrière linguistique?
    Tu as vraiment l’air fier de ta rutilante bécane 😉 Du Gran Turismo!
    Aussi, pour Pizza Hut, ça semble terrible.

    Bonne visite.

    Note: petite erreur de frappe dans l’acronyme de la ville (HCMC au lieu de HCMV)

    1. Simon Auteur de l'article

      Ca parle un peu anglais dans les hôtels. Sinon, je tente sans trop de succès de me faire comprendre.
      J’ai un exemple rigolo. Je m’arrête sur le bord de la route où une dame vend une fruit que je ne connais pas. Je tente de connaître le mot en vietnamien pour espérer le faire traduire par quelqu’un d’autre plus tard. Je sors mon Lonely Planet dans lequel on trouve quelques phrases et mots. Il n’y a pas le « qu’est-ce que c’est ». Alors je prononce différents fruits et en ajoutant « non »… Et bien j’ai eu beau sortir tous les fruits, elle n’a jamais fini par me dire qu’est-ce que c’était. Heureusement que j’en avais gardé un échantillon. Finalement c’était un star fruit… Pas facile parfois donc!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *