SanSim en vacances

Sur la route des vins chiliens

Comme dans bien des régions, c’est le christianisme qui a fait entrer le raisin au Chili. C’est en 1548 que le prêtre catholique Francisco de Carabantes a emporté quelques spécimens d’Espagne avec lui. Plus tard, lors de la dévastation de vignes européennes par le phylloxéra, des vignerons sont venus chercher du travail au Chili apportant avec eux leur savoir-faire.
C’est dans le centre du pays que se trouvent les principales vallées proposant une route des vins, endroit jouissant de plus de 250 jours d’ensoleillement par an. Nous avons commencé notre tournée par une dégustation dans la propriété la plus vaste et la plus commerciale du pays, la Viña Concha y Toro, bien connue à travers le monde. Nous avons eu droit à une visite très intéressante dans un cadre enchanteur.




Nous sommes ensuite descendus dans la Vallée de Maule pour se rendre à la Viña Tabontinaja, plus artisanale que la précédente. On y a planté plus d’une trentaine de cépages différents venant de partout dans le monde et ce, à des fins éducatives. Évidemment, seulement quelques uns d’entre eux sont utilisés pour la fabrication du vin.

Notre route a pris fin à la Viña Balduzzi, toujours dans la jolie Vallée de Maule. Ce fut notre vin préféré et c’est dans ce vignoble que nous avons goûté au fameux carménère, cépage ancien de la région de Bordeaux où il était cultivé avant la dévastation par le phylloxéra à la fin du IXe siècle. Il ne fut pas replanté lorsque les Bordelais rétablirent leurs vignobles mais comme le carménère avait été importé au Chili avant le fléau, il continue d’y être cultivé. Grâce au climat chaud et ensoleillé de la vallée centrale, il peut produire d’excellents vins.

¡Salud!

N’oubliez pas notre concours: Baptisons notre véhicule!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *