SanSim en vacances

Tasmanie : Freycinet, Port Arthur et MONA

En 1803, la première colonie britannique de la Tasmanie fut établie à Ridson Cove. La colonie a été déplacée un an plus tard sur le site de l’actuelle Hobart, la capitale, où l’eau coulait à flots du Mont Wellington surplombant le lieu. Des condamnés accompagnaient les premiers colons et leur tâche était de développer l’agriculture. Comme la Tasmanie est constituée d’îles, dont la principale représente les trois quart du territoire, on y retrouve plusieurs espèces animales indigènes qui sont aujourd’hui complètement disparues de l’Australie continentale. La majeure partie des touristes s’y rendent pour ses attraits naturels, ce qui fut notre cas et nous n’avons pas été déçus.

Parc national Freycinet

Dans ses beautés naturelles, il y a bien sûr l’Overland Track mais plus accessible est le Parc National Freycinet qui comprend la Baie de Wineglass et Cape Tourville. Wineglass est souvent mentionnée dans les top 10 des plus belles plages au monde. Cape Tourville a été nommé par l’explorateur français Nicolas Baudin en 1802 en l’honneur d’Anne Hilarion de Constentin, compte de Tourville (1642-1701). Ce dernier était un commandant qui a servi sous Louis XIV. L’amiral Tourville s’est illustré en capturant ou en coulant de nombreux navires dans au moins six batailles.

Tasmanian Devil Conservation Park

Nous avons visité le Tasmanian Devil Conservation Park où il était possible d’approcher de très près des animaux que nous avions déjà vus sur notre parcours et d’autres qu’il nous avait été impossible d’apercevoir comme le podagre gris, le chat marsupial moucheté et surtout, le diable de Tasmanie (tasmanian devil). Ce dernier est atteint d’un cancer facial qui se communique par simple contact rendant du coup les observations de la bête en pleine nature rarissimes.
Le podagre gris (frogmouth)
Le chat marsupial moucheté (eastern quoll)
Le pademelon ou thylogale (pademelon ou red-necked wallaby)
Le kangourou géant (forester kangaroo)

Port Arthur

La prison de Port Arthur, construite en 1830, était originalement dédiée à l’exploitation forestière mais quelques années plus tard, les Britanniques y installèrent le célèbre pénitencier pour y envoyer des criminels. Le lieu se trouvant sur une presqu’île où les eaux environnantes étaient infestées de requins, il était très difficile de s’en évader. Les détenus étaient utilisés comme main d’œuvre pour développer les industries telles que la construction de bateaux, la cordonnerie, la briqueterie et la forge. Jusqu’en 1877, c’est à Port Arthur qu’on envoyait les prisonniers lourdement condamnés et les récidivistes. Sombre pour l’histoire qu’il renferme, ses bâtiments et son environnement ravissants en font un site historique d’une grande beauté. On dit qu’en Tasmanie, beaucoup d’habitants ont des prisonniers comme ancêtres. Ce qui était une honte à une certaine époque est aujourd’hui une fierté pour certains. Également associé à ce lieu déjà chargé d’histoires tragiques est ce drame survenu en 1996 lorsqu’un forcené a abattu 35 personnes à l’aide d’armes semi-automatiques. Cette histoire semble encore être un sujet tabou en Tasmanie. Le gouvernement a alors rapidement réagi en interdisant toute possession de pistolets et d’armes semi-automatiques.

MONA

Si vous êtes de passage en Tasmanie et plus spécifiquement à Hobart, vous devez faire une visite au MONA : Museum of Old and New Art. Ce musée hors du commun, qui a ouvert ses portes en janvier 2011, a été fondé par le mégalomane Tasmanien David Walsh, devenu richissime en pariant en ligne sur des événements sportifs. Non seulement les œuvres exposées sont d’une audace sans borne mais le bâtiment en soi est une œuvre d’art, façonné à même une paroi rocheuse. Dès qu’on y entre, on doit descendre jusqu’au niveau le plus bas de ce labyrinthe sous-terrain et la visite se fait en remontant vers les niveaux supérieurs. On remet à tous les visiteurs un iPod qui présente les œuvres situées à proximité de l’endroit où on se trouve. MONA, ce n’est pas seulement un musée mais c’est aussi un vignoble, une micro-brasserie, un restaurant et un hôtel, le tout rassemblé sur un même site.

Hobart

Hobart se trouve sur les bords de la rivière Derwent. La Place Salamanca et Battery Point sont tout simplement charmants. Nous avons passé peu de temps dans la capitale de cet état australien mais suffisamment pour sentir qu’il y règne une atmosphère super décontractée et où il fait bon vivre.

Les aborigènes

Je tiens à terminer par une dernière note historique sur le sort réservé aux aborigènes de Tasmanie par les premiers colons britanniques. En l’espace de 30 ans, le nombre d’aborigènes est passé de plus de 5000 à moins de 300. En 1828, la loi martiale fut proclamée et dès lors, les aborigènes furent systématiquement assassinés ou incarcérés, alors que d’autres succombèrent à la suite de maladies infectieuses. Résultat, c’est la totalité de la population qui est décimée. Encore là, ça soulève encore des questionnements par rapport au destin des peuples indigènes en général.

3 reflexions sur “Tasmanie : Freycinet, Port Arthur et MONA

  1. Christian O.

    Très intéressant. Paysages tout aussi captivants.
    J'en connais une qui serais jalouse de savoir que vous avez eu l'occasion d'approcher tous ces animaux.
    Aussi, c'est très étrange. J'ai justement lu, il y a deux semaines, un article sur ce cancer qui se propage par contact chez cette espèce. C'est le seul cancer de ce type connu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *